« Développer la co-responsabilité entre parents, enseignants et jeunes » (intervention le 12 mars 2012 aux Rencontres pour la jeunesse en difficulté organisées par les Apprentis d’Auteuil)

Le 12 mars 2012, « Les Rencontres pour la jeunesse en difficulté » étaient organisées par les Apprentis d’Auteuil au Conseil Économique, Social et Environnemental. Je suis intervenu lors du débat « Parentalité : quel accompagnement pour les familles ? » pour dire l’importance d’associer les parents défavorisés dans une vraie co-responsabilité dans l’éducation de leurs enfants.

On constate malheureusement que des interventions de professionnels dans la vie des familles très pauvres accentuent les ruptures de liens. Nos interventions devraient au contraire renforcer les liens familiaux. Car certains parents se trouvent dans une grande fragilité, pour avoir eu souvent eux-mêmes très peu de soutien dans leur enfance.

C’est pourquoi ATD Quart Monde demande aux professionnels de se co-former avec des familles défavorisées, afin d’apprendre à se comprendre. Les travailleurs sociaux en ont assez de contrôler les familles en difficulté. Il y a besoin de séparer les missions de contrôle et les missions de soutien à la parentalité. Lorsque les travailleurs sociaux qui soutiennent les familles ont aussi une mission de contrôle, celles-ci ne leur ouvrent plus la porte. Et l’on rajoute alors encore plus de contrôle.

Nous demandons aussi à tous les citoyens d’arrêter le cercle vicieux de la stigmatisation des personnes de milieux défavorisés.

Plusieurs actions pilotes du Mouvement ATD Quart Monde développent la co-responsabilité éducative des parents défavorisés : la pré-école, les vacances familiales, les actions avec l’école…

Si l’on considère les parents défavorisés comme partenaires et non comme des personnes dont il faut se méfier, on retrouve des spirales positives.